Bannière 3

« Le texte biblique est à la fois parole humaine et parole divine »
 
            En février dernier, une nouvelle « Traduction officielle liturgique » en français de la Bible a été remise au pape François. Il a fallu dix-sept ans de travail aux soixante-dix spécialistes pour proposer une traduction intégrale de la Bible destinée à être proclamée. C'est le Père Henri Delhougne, bénédictin, qui a coordonné cette entreprise titanesque et passionnante.
(extraits de son interview dans Signes d'aujourd'hui, n° 235, p. 7-8)
 
Y avait-il des contraintes particulières pour cette traduction ?

            Il s'agit de textes destinés à être proclamés, ce qui suppose un certain nombre d'exigences que n'ont pas d'autres bibles. Avant tout, le texte doit être compréhensible à la seule audition. C'est pourquoi il faut éviter des expressions homonymes comme « il a bâti le mur » que l'on peut comprendre comme « il abbatit le mur ». Autre exemple : « David est l'oint du Seigneur » que l'on peut comprendre comme « David est loin du Seigneur ».
 
Cette nouvelle traduction va-t-elle beaucoup changer les choses pour les fidèles ?
            Je le pense car nous avons travaillé au plus près du texte notamment dans les lettres de saint Paul. A plusieurs reprises, nous nous sommes dit : « Qu'est-ce que l'auteur a voulu dire ? »
 
En quoi la Parole de Dieu est-elle une parole vivante ?
            Elle vient nous toucher dans ce que nous sommes et ce que nous faisons. Avant de nous mettre au travail, nous avons toujours commencé par invoquer l'Esprit-Saint pour être ouverts à sa lumière. Il était essentiel que nos collaborateurs n'imposent pas leur propre point de vue comme des auteurs défendraient leur texte. Ici, c'était la parole de Dieu, qui nous dépasse tous, même les plus grands spécialistes.
 
Mais cette parole est aussi façonnée par l'homme avec son intelligence, sa foi, son talent ?
            Le texte biblique est indissociablement parole divine et parole humaine, et ces deux dimensions doivent apparaître dans la traduction. Nous ne pouvons pas gommer la vigueur de la parole de Dieu et nous devons la rendre compréhensible et nourrissante pour l'auditeur. L'enjeu n'est pas de faire de l'érudition ou de belles phrases littéraires. Parfois le sens du texte reste obscur; alors le sens littéral est signalé en note pour montrer le texte à traduire et le résultat auquel nous sommes parvenus. C'est le paradoxe et le mystère de l'Incarnation !
 
 



Créer un site
Créer un site